Vous avez aimé les prairies fleuries en plein centre-ville sur la Pointe nord de Plainpalais, les trainées de jonquilles sur les pelouses une fois le printemps venu ? Avez-vous pu apprécier les fleurissements aux pieds des arbres le long des rues ? Vous êtes-vous prélassés sur l’une des places sur lesquelles le béton a été retiré au profit de pelouses ? Si la réponse à ces questions est oui, alors c’est tant mieux, car… cela va continuer !

Un vaste projet de végétalisation de l’espace urbain a en effet été voté par le Conseil municipal ce lundi 25 janvier 2016. Durant les six prochaines années, ce crédit permettra au Service des espaces verts (SEVE) de la Ville de Genève dont j’ai la charge de planter quelques centaines d’arbres dans les rues et parcs, notamment pour compléter les arbres manquants dans les nombreux alignements d’arbres que compte la Ville de Genève.

Quand on sait qu’un arbre de quinze mètres de haut peut fixer les émissions en CO2 de 800 appartements, cela renforce la présence de la nature en ville, augmente la biodiversité et améliore in fine la qualité de l’environnement en milieu urbain.

Mais ce projet ambitieux ne se cantonne pas à embellir les parcs actuels, à replanter des arbres et à améliorer la qualité de l’air. Ce projet va plus loin. Il vise également à investir durablement dans le végétal dans les quartiers afin d’offrir à chaque habitant de la Ville de Genève un espace vert, même petit, proche de chez lui. Car l’espace vert en milieu urbain, c’est le jardin de villa que les citadins n’ont pas.

Grâce au travail mené par le SEVE, en partenariat avec les associations de quartiers, plusieurs dizaines de lieux ont déjà été identifiés et sont prêts à subir ce lifting végétal.

Car si avec ses 52 parcs et promenades la Ville de Genève peut se targuer d’être l’une des villes les plus vertes d’Europe, beaucoup de quartiers restent aujourd’hui encore trop gris et bétonnés. En effet, les quelques 12’500 habitants au kilomètre carré placent Genève en tête du classement des villes les plus denses de Suisse voire même d’Europe. C’est précisément ce constat qui est à l’origine de ce projet.

Les nombreux témoignages enthousiastes reçus suite à l’ouverture du Parc Harry Marc (Pointe nord de Plainpalais) l’été dernier nous ont d’ailleurs démontré que les espaces verts ne revêtent pas que des qualités écologique et esthétique.

Ces espaces verts deviennent des espaces de vie dans les quartiers et jouent un rôle social primordial. Ils font se croiser les jeunes et les moins jeunes, les voisins et les touristes, les travailleurs et les habitants.

En tant que magistrat en charge du Département de l’environnement urbain et de la sécurité, je me réjouis du démarrage de ce programme ambitieux de végétalisation de l’espace public, qui améliorera, j’en suis sûr, la qualité de vie de toutes et tous les habitantes de notre belle ville.